Biomaca version mobile
Votre panier est vide
Livraison gratuite dès 45 €
Service clients
04 91 58 31 90
Paiement sécurisé 24h/24 Satisfait ou remboursé Livraison sous 48h
  Accueil  |  CGV  |  Pages Conseils  |  Mon panier  |  Contactez-nous
Commander
Les types d'avortements

L'avortement - Les types d'avortements - Les risques liés à l'avortement - Les statistiques de l'avortement - La controverse sur l'avortement


Dossier types d'avortements : Ce dossier traite les différents aspects des avortements

Les types d'avortements


Pour mettre fin à une grossesse, deux types d'avortement sont disponibles pour les femmes, l'avortement médicamenteux aussi appelé l'avortement non chirurgical et l'avortement chirurgical, choisir une méthode médicale ou chirurgicale pour un avortement dépendra des antécédents médicaux de la patiente, des semaines de grossesse et des options disponibles, l'accès et la disponibilité des services est primordiale dans la prise de la décision pour déterminer le type d'avortement.

L'avortement médicamenteux


Un avortement médicamenteux ne peut être pratiqué et efficace que dans les 7 premières semaines de grossesse, la combinaison du mifépristone et du misoprostol est efficace dans environ 92% des cas, il offre aux femmes une option qui n'implique pas d'intervention chirurgicale, le mifepristone prépare l'avortement, il provoque la séparation du placenta de l'endomètre, des changements dans la muqueuse utérine, le ramollissement et l'ouverture du col de l'utérus et augmente la sensibilité de l'utérus à la prostaglandine, il est utilisé en combinaison avec misoprostol (prostaglandine synthétique) qui est généralement pris dans les 48 heures aprés la mifépristone, il provoque les contractions de l'utérus pour provoquer l'avortement.

Comme son nom l'indique, l'avortement médicamenteux ne comporte pas de chirurgie ou d'autres méthodes invasives mais s'appuie sur des médicaments pour mettre fin à la grossesse, un avortement médicamenteux doit être fait dans les 7 premières semaines de grossesse, en 2005, les avortements médicaux représentaient 13% de tous les avortements et 22% des avortements qui ont eu lieu dans les 8 premières semaines de grossesse.

La plupart des femmes confrontées à une grossesse non planifiée qui optent pour l'avortement le font dès le début, un peu plus de 61% ont lieu dans les 8 premières semaines de la grossesse, et 88% se produisent dans le premier trimestre avant la 13e semaine de grossesse, seulement 10% des avortements se produisent dans le deuxième trimestre entre la semaine 13 et 20 de la grossesse.

Le mifépristone
Un avortement médicamenteux consiste à prendre le mifépristone (nom générique RU-486), souvent appelé la pilule abortive, le mifépristone n'est pas disponible en vente libre et doit être fournie par un professionnel de la santé, une femme qui veut un avortement médicamenteux peut l'obtenir par l'intervention de la clinique ou d'un médecin et doit s'attendre à deux ou plusieurs visites pour compléter le processus.

Le mifépristone est prescrit dans le premier trimestre, il est approuvé par les services sanitaires pour une utilisation jusqu'à 49 jours (7 semaines) de la grossesse, à compter de la dernière période mentstruel de la patiente, certains médecins peuvent choisir de l'utiliser jusqu'à 63 jours (9 semaines) de la grossesse même si son efficacité est diminuée après la 7e semaine.

Le misoprostol
Le misoprostol doit être pris pour mettre fin à la grossesse, dans les 4 heures suivant la prise du misoprostol, de nombreuses femmes ont des saignements et des crampes, la plupart des grossesses se terminent dans les 24 premières heures après la prise de misoprostol, sinon une deuxième dose de misoprostol peut être priscrite.

Le misoprostol peut être administré par voie orale, ou par voie vaginale, il est un peu plus efficace lorsqu'il est administré par voie vaginale, mais de nombreux médecins donnent la misoprostol par voie orale car des infections rare et mortelle qui affectent quelques femmes après l'utilisation de misoprostol par voie vaginale peuvent apparaître, certaines études ont montré que la prise de misoprostol par voie orale fonctionne aussi bien.

Les effets secondaires de l'avortement médicamenteux


Cette méthode d'avortement provoque des symptômes semblables à une fausse-couche tels que des crampes et des saignements sévères avec la formation de caillots, les symptômes peuvent inclure des nausées, des vomissements, la diarrhée, des maux de tête, des vertiges, des frissons et des bouffées de chaleur, la transpiration, et la fatigue, les effets secondaires peuvent augmenter à mesure que la durée de la grossesse augmente en particulier chez les femmes ayant leur première grossesse.

L'administration de la santé a rapporté que quelques femmes sont mortes d'une infection sévère (sepsis) après un avortement en utilisant le mifépristone et le misoprostol, les infections sont accompagnées d'une faiblesse, de nausées et de la diarrhée avec des douleur, cette infection rare peut ne pas provoquer la fièvre.

Les contre indication du mifepristone
Le mifepristone ne doit pas être utilisé chez les femmes qui ont une insuffisance surrénale, une allergie à la mifépristone, l'anémie sévère, l'utilisation des anticoagulants, l'utilisation de corticoïdes à long terme, la grossesse extra-utérine soupçonnée, les maladies du coeur ou l'hypertension artérielle, un dispositif intra-utérin en place, un trouble du foie ou des reins, une masse ovarienne non diagnostiquée, les maladies respiratoires et les maladies héréditaires de la peau, éviter l'alcool et l'aspirine pendant la prise du mifépristone et du misoprostol pour un avortement médicamenteux.

L'avortement chirurgical


La procédure de l'avortement chirurgical est basée sur le stade de la grossesse, une échographie permet de déterminer la datation de la grossesse et sa viabilité (pas de grossesse extra-utérine), elle est habituellement exécutée par dilatation, aspiration et curetage, et dure 10 à 30 minutes, une pratique très sécuritaire.

L'avortement chirurgical 16 semaines de grossesse


L'avortement par dilatation, aspiration et curetage est une procédure d'avortement chirurgical effectué lors de la 6e à 16e semaine de gestation, la procédure commence sous anesthésie locale, une pince de Pozzi est utilisée pour pour dilater et maintenir le col de l'utérus en place, lorsque le col est assez dilaté une canule ou un long tube en plastique relié à un dispositif d'aspiration est inséré dans l'utérus pour aspirer le foetus et le placenta, une curette peut être utilisée pour enlever les résidus, une aspiration finale est utilisée pour s'assurer que tout a été retiré et que l'avortement s'est bien déroulé, la procédure dure habituellement 10 à 30 minutes et la reprise peut exiger de rester à la clinique pendant quelques heures, des antibiotiques, des antalgiques et un sédatif sont également prescrits pour aider à prévenir l'infection et calmer la douleur.

Les effets secondaires et les risques


Les effets secondaires courants comprennent des crampes et des douleurs abdominales, des nausées, des sueurs, des vertiges, des saignements avec des caillots de sang qui peuvent durer deux semaines après la procédure, des dommages de la muqueuse utérine et du col utérin, la perforation de l'utérus et une infection bactérienne, si ces symptômes persistent et s'aggravent contacter immédiatement le médecin.

L'avortement chirurgical 21 semaines (5 mois) de grossesse


La procédure de dilatation et extraction est utilisée après 21 semaines de gestation, deux jours avant l'intervention des laminaires sont insérés pour dilater le col de l'utérus, l'avortement commence par la naissance partielle du bébé de 5 mois, il est ensuite tourné et des pinces sont utilisés pour saisir et tirer les jambes, les épaules et les bras à travers le col de l'utérus, une incision est pratiquée à la base du crâne du bébé pour permettre l'aspiration de son cerveau pour s'assurer de sa mort et permettre l'écrasement de son crâne, le bébé peut être alors complètement retiré.

Les effets secondaires et les risques


Les effets secondaires et les risques sont les mêmes que l'avortement par dilatation, aspiration et curetage, cependant il y a un risque accru de problèmes émotionnels de la réalité du développement plus avancé du bébé.

Dans certains États l'avortement est légal jusqu'au 9e mois de grossesse, malgré le fait qu'une majorité des personnes sont en désaccord avec ces lois.

Les complications des avortements médicaux et chirurgicaux


Le risque de complications de l'avortement est réel, certaines patientes ont des complications nécessitant une hospitalisation, les signes de complications sont l'hémorragie sévère, les avortements médicaux et chirurgicaux causent généralement des saignements qui sont différents de celles du cycle menstruel normal, l'hémorragie sévère peut s'accompagner de caillots qui sont plus gros qu'une balle de golf et peuvent durer 2 heures ou plus.

Les signes d'infection sont des maux de tête, des douleurs musculaires, des étourdissements ou une sensation de malaise général, l'infection sévère peut apparaître sans fièvre, une douleur intense dans l'abdomen qui ne peut être soulagé par des analgésiques, des bouffées de chaleur ou la fièvre qui durent plus de 4 heures, des vomissements qui dure plus de 4 heures, des gonflement abdominaux soudains avec un rythme cardiaque rapide, les pertes vaginales qui augmentent en quantité, et des gonflements dans la région génitale.

Il ne faut pas avoir de rapports sexuels pendant au moins une semaine ou plus, lors de nouveaux rapports sexuels utiliser des préservatifs pour prévenir l'infection, si la prochaine période menstruelle régulière ne vient pas dans les 6 semaines après l'avortement consulter un médecin.




A lire :

La fertilité - L'infertilité masculine - Dossier ovulation - Dossier grossesse - La ménopause - La libido - Le rhumatisme - L'acné - Les acouphènes - L'allergie - L'amnésie - L'anévrisme - L'angine de poitrine - L'angine - L'anorexie - L'aphte - L'asthme - L'athérosclérose - L'autisme - L'avortement - Le bonheur - La boulimie - La bronchite - Les brûlures d'estomac - Le cancer - La carie dentaire - La cellulite inflammatoire - La cellulite peau d'orange - Le cerveau - La chimiothérapie - Le choléra - La circulation sanguine - Le clonage - La colique - Le collagène - Le coma - La contraception - La coqueluche - La crise cardiaque - La cystite - La dépression - La déshydratation - Le diabète - La distraction osseuse - La douleur - La dyslexie - La dyspnée - L'eczéma - L'élastine - L'embolie pulmonaire - Les émotions - L'endométriose - L'énurésie - L'épiderme - La fente labiale et la fente palatine - La fibromyalgie - La gingivite - Les globules blancs - Les globules rouges - La grippe - L'hernie discale - L'herpès - L'homéopathie - L'hypertension artérielle pulmonaire - L'hypertension artérielle - L'hyperthyroïdie - L'hypocondrie - L'implant cochléaire - L'implant dentaire - L'incontinence urinaire - Les infections nosocomiales - L'insomnie - Les types d'insulines injectables - Les jambes lourdes - Les jumeaux - La kinésithérapie - La leucémie - La liposuccion - Le mal de dos - La maladie coronarienne - Les maladies auto-immunes - Les maladies infectieuses - Le malaise vagal - La méningite - La migraine - Les muscles - L'obésité - L'oedème cérébral - L'oesophagite - L'ostéopathie - L'ostéoporose - L'otite - La pandémie - Perdre du poids - La périostite - La peste - La pharyngite - La plaque dentaire - La pneumonie - La prostate - La rhinite allergique - Le ronflement - La rougeole - La sarcoïdose - La sciatique - La sclérose en plaques - La sinusite - Le stress oxydatif - La syncope - La tendinite - La tension artérielle - Le tetanos - La thrombose - La tuberculose - La varicelle - Le vertige - Le vieillissement - Les calculs rénaux -




Continuer
dimanche 03 mars 2024
Copyright © 2009 Pur Bio. Tous droits réservés. Biomaca est une marque déposée.