Biomaca version mobile
Votre panier est vide
Livraison gratuite dès 45 €
Service clients
04 91 58 31 90
Paiement sécurisé 24h/24 Satisfait ou remboursé Livraison sous 48h
  Accueil  |  CGV  |  Pages Conseils  |  Mon panier  |  Contactez-nous
Commander
La génétique affecte l'obésité

L'obésité - La génétique affecte l'obésité


Dossier génétique et l'obésité : Ce dossier traite les différents aspects de la génétique et de l'obésité

La génétique affecte l'obésité


La science montre que la génétique joue un rôle dans l'obésité, les gènes peuvent directement provoquer des troubles de l'obésité tels que le syndrome de Bardet-Biedl (SBB) et le syndrome de Prader-Willi caractérisé par une hypotonie sévère suivi par une hyperphagie, cependant les gènes ne prédisent pas toujours la santé future, les gènes et le comportement peuvent être ensembles responsables du surpoids, dans certains cas, plusieurs gènes peuvent augmenter la susceptibilité de l'obésité et nécessitent des facteurs extérieurs comme l'approvisionnement en nourriture abondante ou peu d'activité physique.

Les progrès en génétique


L'obésité est une maladie complexe qui résulte des interactions d'une grande variété de facteurs héréditaires et environnementaux, les progrès en génétique quantitative combinée, génomique et bioinformatique ont contribué à une meilleure compréhension de la base génétique et moléculaire de l'obésité, le regroupement des cas au sein d'une famille, la congruence de poids corporel pour les jumeaux monozygotes, et la découverte de gènes associés à l'obésité sont tous les arguments qui renforcent la dimension génétique de l'obésité.

Les antécédents familiaux


Il est maintenant bien établi que les formes de surpoids et de l'obésité sont différents des troubles tendant à se concentrer dans une famille, le risque de l'obésité est de deux à huit fois plus élevé pour une personne avec des antécédents familiaux d'obésité, par opposition à une personne sans antécédents familiaux d'obésité, un risque encore plus élevé est observé en cas d'obésité sévère, l'héritabilité de l'obésité peut varier en fonction du phénotype étudié, mais il a tendance à être plus élevé pour les phénotypes liés à la distribution des tissus adipeux (40 à 55%) et pour les poids ou l'excès de graisse corporelle (30 à 40%), le gain de poids et l'augmentation de l'adiposité avec l'âge est un effet également influencé par l'hérédité.

Les occurrences de types monogéniques d'obésité sont la preuve que l'obésité peut être causée par des mutations génétiques, cependant, seulement 78 cas dans le monde ont été attribués à des mutations de sept gènes distincts, les formes les plus courantes de l'obésité sont probablement le résultat de variations au sein d'un grand nombre de gènes, les variations de séquence dans un bassin de 56 gènes différents ont été rapportés comme étant liés à des phénotypes d'obésité, cependant, seulement dix de ces gènes ont montré des résultats positifs dans au moins cinq études différentes.

La prédisposition génétique


À côté de ces rares cas, de nombreuses personnes ont une prédisposition génétique qui peut conduire à l'obésité, les chercheurs ont trouvé de nombreux gènes de susceptibilité et de l'obésité, en combinaison d'un environnement obésogène et d'une prédisposition génétique presque inévitablement entraîne le développement de l'obésité, cependant, il est possible d'être obèse sans avoir une prédisposition génétique.

Les connaissances actuelles amènent à la conclusion que les facteurs génétiques peuvent être impliqués dans l'étiologie de l'obésité et de dans de très rares cas de l'obésité sévère, les gènes impliqués sont probablement des gènes qui interagissent avec les facteurs environnementaux liés à la consommation d'énergie et les dépenses pour augmenter la risque d'obésité, l'identification de ces gènes permettra de clarifier l'étiologie de l'obésité, de ses conséquences métaboliques, et des complications métaboliques de l'obésité, ainsi que d'identifier des individus ou des groupes à risque en fonction de leur profil génétique dans le but d'élaborer des stratégies de prévention et de traitement personnalisés.

En conclusion


En conclusion, les études ont démontré que les efforts d'identification des gènes ont considérablement modifié la compréhension de la biologie de l'obésité, des approches prometteuses telles que l'exome (partie du génom), ont finalement permit le séquençage du génome entier, ces approches ont le potentiel de mener à une carte exhaustive des gènes de prédisposition à l'obésité dans un proche avenir, les efforts récents d'identification de gènes ont fourni une image plus complète des mécanismes biologiques impliqués dans le développement de l'obésité et cette information peut être utile non seulement pour les scientifiques et les cliniciens, mais pour un public plus général.

Les récentes découvertes en génétique ont constaté que les gens diffèrent dans leurs perceptions de faim et de satiété sur une base génétique et que les sous-groupes de la population prédisposés peuvent être particulièrement vulnérables à l'obésité dans les sociétés obésogènes avec un accès illimité à la nourriture,  cette notion doit conduire à une attitude plus ouverte envers les personnes obèses et une réduction de discrimination à leur égard, il est clair que l'obésité ne peut pas être considérée comme une conséquence que d'indolence ou le manque de volonté, comme souvent pensé dans nos sociétés, à long terme, les chercheurs sont confiants que les progrès en génétique aideront à développer des tests de diagnostiques prédictifs et utiles pour concevoir de nouveaux traitements.




A lire :

La fertilité - L'infertilité masculine - Dossier ovulation - Dossier grossesse - La ménopause - La libido - Le rhumatisme - L'acné - Les acouphènes - L'allergie - L'amnésie - L'anévrisme - L'angine de poitrine - L'angine - L'anorexie - L'aphte - L'asthme - L'athérosclérose - L'autisme - L'avortement - Le bonheur - La boulimie - La bronchite - Les brûlures d'estomac - Le cancer - La carie dentaire - La cellulite inflammatoire - La cellulite peau d'orange - Le cerveau - La chimiothérapie - Le choléra - La circulation sanguine - Le clonage - La colique - Le collagène - Le coma - La contraception - La coqueluche - La crise cardiaque - La cystite - La dépression - La déshydratation - Le diabète - La distraction osseuse - La douleur - La dyslexie - La dyspnée - L'eczéma - L'élastine - L'embolie pulmonaire - Les émotions - L'endométriose - L'énurésie - L'épiderme - La fente labiale et la fente palatine - La fibromyalgie - La gingivite - Les globules blancs - Les globules rouges - La grippe - L'hernie discale - L'herpès - L'homéopathie - L'hypertension artérielle pulmonaire - L'hypertension artérielle - L'hyperthyroïdie - L'hypocondrie - L'implant cochléaire - L'implant dentaire - L'incontinence urinaire - Les infections nosocomiales - L'insomnie - Les types d'insulines injectables - Les jambes lourdes - Les jumeaux - La kinésithérapie - La leucémie - La liposuccion - Le mal de dos - La maladie coronarienne - Les maladies auto-immunes - Les maladies infectieuses - Le malaise vagal - La méningite - La migraine - Les muscles - L'obésité - L'oedème cérébral - L'oesophagite - L'ostéopathie - L'ostéoporose - L'otite - La pandémie - Perdre du poids - La périostite - La peste - La pharyngite - La plaque dentaire - La pneumonie - La prostate - La rhinite allergique - Le ronflement - La rougeole - La sarcoïdose - La sciatique - La sclérose en plaques - La sinusite - Le stress oxydatif - La syncope - La tendinite - La tension artérielle - Le tetanos - La thrombose - La tuberculose - La varicelle - Le vertige - Le vieillissement - Les calculs rénaux -




Continuer
dimanche 19 novembre 2017
Copyright © 2009 Pur Bio. Tous droits réservés. Biomaca est une marque déposée.