Biomaca version mobile
Votre panier est vide
Livraison gratuite dès 45 €
Service clients
04 91 58 31 90
Paiement sécurisé 24h/24 Satisfait ou remboursé Livraison sous 48h
  Accueil  |  CGV  |  Pages Conseils  |  Mon panier  |  Contactez-nous
Commander
La culture du chiendent

Le chiendent - La culture du chiendent


Dossier culture du chiendent : Ce dossier traite les différents aspects de la culture du chiendent

La culture du chiendent


Bien que généralement le chiendent est considéré comme une mauvaise herbe inutile et gênante, ses racines sont, cependant, considérées pour une alimentation saine pour les bovins et les chevaux, en Italie, en particulier, ils sont soigneusement recueillies par les paysans et vendus sur les marchés, les racines ont un goût sucré, ressemblant un peu à la réglisse, séchées et broyées en farine, du pain a été fait en temps de pénurie, le nom de cette plante vient de son efficacité pour soulager les chiens qui sont souvent à la recherche de ses feuilles rugueuses.

La description


Le chiendent a un mince rhizome rampant, ou tige souterraine, qui s'étend sur une distance considérable juste sous la surface du sol, donnant des branches latérales de temps en temps, et marqués à des intervalles d'environ 2,50 centimètres, à partir de laquelle les bourgeons et les ramifications des racines fines sont produites, ces longues, rampantes tiges souterraines augmentent avec une grande rapidité, et la plus petite pièce dans le sol va végéter et s'étendre rapidement, de sorte qu'il est presque impossible de l'extirper une fois mis en place dans le sol, tandis que ses pouvoirs les plus étendus sont très nuisibles aux cultures.

Le chiendent produit en Juillet plusieurs fleurs de sa longue tige rampante, des tiges creuses de 1 mètre de haut, épaissi au niveau des articulations, portant de cinq à sept feuilles et terminées par une longue épis densément fleurie à deux rangs, ressemblant un peu à celles du seigle ou du blé imberbe, composé de huit ou plusieurs épillets ovales sur les côtés suppléants du pic, contenant chacun quatre à huit fleurons, les barbes, lorsqu'elles sont présentes, ne dépassent pas la moitié de la longueur de la fleur, les feuilles sont plates, avec un long fourreau fendu, et sont rugueuses sur la surface supérieure, ayant une rangée de poils de la veine principale.

Les parties utilisées


Les racines sont recueillies au printemps, le rhizome est long, rigide, jaune pâle et lisse, creux et fortement sillonné longitudinalement, avec cinq ou six arêtes longitudinales, où les noeuds se produisent, des traces de radicelles peuvent être trouvés sur les restes fibreux de revêtement sur les surfaces supérieures, mais toutes les traces de radicelles et des feuilles doivent être retirés avant l'utilisation, dans le commerce, le rhizome est toujours libre de radicelles, couper en petits tronçons et séché, étant ainsi sous la forme de petits tranchants, de nombreuses pièces tubulaires de couleur paille, sans odeur, mais ont un goût sucré.

Les utilisations médicinales


Dioscoride affirme que sa racine, prise sous forme de décoction, est un remède utile pour les troubles de l'urine et les calculs dans la vessie, les mêmes déclarations sont faites par Pline, et on les trouve dans les écrits de Oribase et Marcellus Empiricus au quatrième siècle et de Aetius, au sixième siècle, et les chiffres de la plante peuvent être trouvés dans les traitement des maladies avec les plantes, le remède est également vendu dans les pharmacies allemands du XVIe siècle.

Bien que le chiendent est un hôte indésirable dans les champs et les jardins, et pourtant ses vertus dans la médecine traditionnelle sont utilisées pour les troubles du foie et de reins sans aucune chaleur manifeste, la décoction de racines du chiendent était une boisson populaire prise pour purifier le sang, le remède est encore une voie de recours interne en grande réputation, prise comme émollient et sudorifique sous la forme d'une tisane.

Diurétique, il est utilisé dans le traitement de la cystite et des maladies catarrhales de la vessie, il soulage l'irritation des voies urinaires et donne du relief en cas de calculs, le chiendent est censé tenir son effet diurétique de son sucre, il est également recommandé pour le traitement de la goutte et des rhumatismes, le chiendent est officiel dans la médecine traditionnelle indienne et la pharmacopée britannique pour une utilisation dans l'australasie, de l'Amérique du Nord, où il est beaucoup utilisé.

Les constituants


Le chiendent contient le triticin, un glucide ressemblant à l'inuline, la lévulose du rendement de l'hydrolyse, qui est aussi présente dans d'autres plantes et largement diffusée dans le règne végétal, l'inosite, le mucilage et l'acide malate sont également des constituants du chiendent, l'acide lactique et de mannitol peuvent se produire dans l'extrait, mais sont compris comme étant des produits de fermentation, l'amidon n'est pas présent et le constituant actif définitif n'a encore été découvert.




A lire :

Les plantes médicinales - L'absinthe - L'acacia - L'acajou - L'acalypha - L'acanthus - L'achillée - L'acide ascorbique - L'aconit - L'acore - L'actée à grappes noires - L'adonis vernalis - L'agaricus - L'agastache - L'agave - L'agripaume - L'ail des ours - L'ailante - L'ajowan - L'alchémille - L'aletris - L'alkékenge - L'alliaire - L'aloé vera - L'amarante - L'aneth - L'angélique - L'arbousier - L'arnica - L'artichaut - L'aubepine - L'aunée - L'avoine - Le bacopa - La badiane - Le bambou - Le baobab - La bardane - La berce - La betel - Le bleuet - Le boldo - Le boswellia - Le bouleau - La bourdaine - La bourrache - La bourse à pasteur - La bruyère - La bryone - Le buchu - La bugrane - La busserole - Le café vert - Le calament - Le calendula - La camomille - La cannelle - La capucine - La cardamome - Le cascara - La cataire - Le céleri - La centaurée - Le cerfeuil - Le charbon végétal - Le chardon-marie - La chélidoine - Le chiendent - La citronnelle - La clématite - La consoude - Le curcuma - Le cyprès - Le droséra - L'echinacea - L'éleuthérocoque - L'épilobe - La culture de l'estragon - L'estragon - Le fenugrec - La fleur de bach - La culture du fragon - Le fragon - Le frêne - Le fucus - La fumeterre - Le galanga - La garcinia - Le gattilier - La gelée royale - Le genevrier - La gentiane - Le gingembre - Le ginkgo - Le goji - La griffonia - Le guarana - La hoodia gordonii - L'huile d'argan - L'huile de bourrache - L'huile d'onagre - Les huiles essentielles - La khella - Le konjac - Le kudzu - La livèche - La luzerne - La maca - Le magnésium - Le marrube - Le millepertuis - La noix de cajou - Le nopal - Les oméga-3 - Le pavot de Californie - Le pollen - La propolis - Le radis noir - La rhodiola - La sauge - Le soja - La spiruline - La stévia - Le thé pu erh - Le thé vert - La valériane - Les vitamines du complexe B - Le yam - La ficoïde glaciale - La grindélia - L'hamamélis - L'hibiscus - Le houblon - Le schisandra - La centella asiatica - Les propriétés anti-âge de la centella asiatica - Les avantages de la centella asiatica - L'hysope - Les avantages de l'hysope - Le lierre - Les avantages du lierre - La marjolaine - Les avantages de la marjolaine - Le yerba maté - Le mélaleuca - Les avantages du mélaleuca - La mélisse - Les avantages de la mélisse - Le ményanthe - La bergamote - Les avantages de la bergamote - La nutrition - La nanomédecine - La médecine anti-âge - La médecine orthomoléculaire - La médecine alternative - L'acupuncture - Les antioxydants - La dhea - La glucosamine - La chondroïtine - La coenzyme Q10 - Les stéroïdes anabolisants - Les protéines - L'acérola - L'arthrite - La maca - La canneberge - Le chitosan - La cystite - La gelée royale - Le ginseng - L'harpagophytum - La prèle - La reine des prés - Le rhumatisme -




Continuer
mardi 23 janvier 2018
Copyright © 2009 Pur Bio. Tous droits réservés. Biomaca est une marque déposée.