Biomaca version mobile
Votre panier est vide
Livraison gratuite dès 45 €
Service clients
04 91 58 31 90
Paiement sécurisé 24h/24 Satisfait ou remboursé Livraison sous 48h
  Accueil  |  CGV  |  Pages Conseils  |  Mon panier  |  Contactez-nous
Commander
L'avortement

L'avortement - Les types d'avortements - Les risques liés à l'avortement - Les statistiques de l'avortement - La controverse sur l'avortement


Dossier avortement : Ce dossier traite les différents aspects de l'avortement

L'avortement


L'avortement est l'interruption volontaire d'une grossesse après la conception, il permet aux femmes de mettre fin à leur grossesse mais implique de tuer l'embryon ou le foetus en développement, pour cette raison il est un sujet très controversé, l'avortement est légal dans tous les États depuis 1973, lorsque la Cour suprême a statué que les femmes ont le droit de prendre des décisions médicales sur leur propre corps, les foetus ont aussi des droits, mais seulement après la progression de la grossesse au point où le foetus peut être considéré comme une personne indépendante, en termes médicaux il est défini comme le seuil de viabilité, le moment où un foetus peut survivre hors de l'utérus qui est actuellement de 22 à 24 semaines.

Les types d'avortements


Connaitre les faits concernant l'avortement peut aider à prendre une décision, apprendre davantage sur le rôle parental et d'adoption, pour le mineurs de moins de 18 ans peut exiger d'un ou et deux parents l'autorisation pour l'avortement, cependant dans la plupart des états le mineur peut demander au juge de le dispenser de ces exigences, il existe deux types d'avortement, l'avortement chirurgical et avortement médicamenteux.

L'avortement médicamenteux


La pilule abortive est un médicament qui permet de mettre fin à une grossesse, en général il est utilisé jusqu'au 49e jour (7 semaines) de grossesse, les femmes qui ont besoin d'avorter et qui sont à plus de 9 semaines de grossesse peuvent avoir un avortement chirurgical en clinique car les lois limitent l'utilisation de la pilule abortive à 49 jours, certains des médicaments utilisés dans l'avortement médicamenteux peuvent causer des malformations congénitales graves si la grossesse se poursuit, ainsi, dans le cas peu probable que cela ne fonctionne pas, la femme aura besoin d'avoir un avortement chirurgical par aspiration.

Un avortement médicamenteux nécessite généralement au moins deux visites chez le médecin pendant plusieurs semaines, pour la première visite un médicament est pris lors de la visite et un deuxième médicament est administré à prendre  à la maison, la deuxième visite est un rendez-vous de suivi, habituellement programmée environ 2 semaines après la première visite, pour s'assurer que la grossesse a pris fin et aucune complication n'est présente, si l'avortement médicamenteux n'est pas réussie un avortement chirurgical est alors fait pour compléter le processus parce que le misoprostol peut causer des malformations congénitales graves.

Tout d'abord le médecin prescrit une dose de comprimés de mifépristone par voie orale qui provoque la séparation du placenta de l'endomètre, il augmente les contractions utérines, ensuite les comprimés de misoprostol sont prises généralement dans les 48 heures aprés la mifépristone, selon la dose cela pourrait être dès 6 heures après la mifepristone, qui provoque des contractions utérines afin de provoquer l'avortement, beaucoup de médecins permettent à leurs patientes de prendre le misoprostol à la maison, la fin de la grossesse se produit comme une fausse couche.

L'avortement chirurgical


Un suivi de deux semaines est important pour s'assurer que l'avortement s'est bien déroulé, dans le cas peu probable que la femme soit toujours enceinte, il est probable qu'un avortement chirurgical par aspiration soit proposé, la plupart des femmes ressentent des douleurs semblables aux crampes menstruelles pendant et après de l'avortement, l'anesthésie générale peut être proposé dans certains cas mais elle est souvent déconseillée car elle augmente les risques médicaux et le temps de la procédure, des saignements après l'avortement sont possibles avec des caillots de la taille d'un quart qui dure jusqu'à six semaines.

L'avortement par aspiration et curetage c'est le type le plus cummun, il est pratiqué sous anesthésie locale ou générale, un médicament de sédation est prescrit pour détendre la patiente, ensuite des dilatateurs sont insérés quelques heures avant la procédure pour aider à l'ouverture du col de l'utérus, une machine est inséré pour apsirer de l'utérus le foetus en formation, un instrument appelé curette est ensuite utilisé pour éliminer tout les débris qui reste, ce type de méthode et nommé l'avortement par aspiration et curetage.

Les complications


Les principaux risques physiques et les complications sont des dangers physiques liés directement à l'avortement, environ 10% des femmes qui subissent un avortement souffrent de complications immédiates, dont 2% ont été considérés comme majeure, la majorité des complications prennent le temps de se développer et ne seront pas évident à diagnostiquer pednant des jours, des mois ou même des années.

Les grandes complications les plus courantes qui peuvent se produire au moment de l'avortement sont l'infection, le saignement excessif et l'hémorragie, l'embolie, la perforation de l'utérus, les complications des anesthésiques, les convulsions, les douleurs cervicales, le choc endotoxique, la fièvre, les brûlures au deuxième degré, les douleurs abdominales chroniques, les vomissements et les troubles gastro-intestinaux.

L'avortement est signalé comme la cinquième cause de mortalité maternelle, mais en fait, il est reconnu que la plupart des décès liés à l'avortement ne sont pas officiellement déclarés, les principales causes de décès maternels liés à l'avortement dans la semaine de la chirurgie sont l'hémorragie, l'infection, l'embolie, l'anesthésie, et les grossesses extra-utérines non diagnostiquées, entre 2 et 3% de tous les patientes de l'avortement peuvent souffrir de perforation de l'utérus, les dommages peuvent entraîner des complications dans les grossesses ultérieures et peuvent éventuellement évoluer vers des problèmes qui exigent une hystérectomie.

Les grossesses ultérieurs


Les femmes qui ont avorté présentent 2 fois plus de complications pour les grossesses ultérieurs, l'avortement augmente les risques d'un accouchement ultérieur avant terme et le risque d'accouchement prématuré, il augmente également le risque de retard d'accouchement après terme (plus de 42 semaines), il augmente aussi le risque de décès et des handicaps néonatale, ces complications sont les principales causes des handicaps des nouveau-nés.

Les statistiques annuelles de l'avortement


Les avortements sont très fréquentes, 3 femmes sur 10 subissent un avortement, en moyenne les femmes donnent au moins 3 raisons pour choisir l'avortement, les 3/4 disent qu'avoir un bébé serait interférer avec leur travail, l'école ou d'autres responsabilités, environ 3/4 disent qu'elles ne peuvent pas se permettre un enfant, et 1/2 disent qu'elles ne veulent pas être un parent seul ou ont des problèmes avec leur mari ou leur partenaire, 40% des mineurs ayant un avortement signale qu'aucun de leurs parents étaient au courant de l'avortement.

En 2011 environ 1,06 million d'avortements ont eu lieu en Europe, de 1973 à 2011 près de 53 millions d'avortements légaux ont eu lieu en Europe, en 2010 85% des avortements ont été pratiqués sur des femmes non mariées, 55% des avortements ont été pratiqués sur des femmes qui n'avaient pas avorté dans le passé, 36% ont été effectués sur les femmes avec un ou deux avortements antérieurs et 8% ont été effectués sur les femmes avec trois ou plusieurs avortements antérieurs.

Les débats sur l'avortement


Les partisans du droit à l'avortement soutiennent que l'embryon ou le foetus n'est pas une personne, ou tout au moins que le gouvernement n'a pas le droit d'interdire l'avortement, sauf s'il peut prouver que l'embryon ou le foetus est une personne, les adversaires de l'avortement soutiennent que l'embryon ou le foetus est une personne, ou tout au moins que le gouvernement a la responsabilité d'interdire l'avortement jusqu'à ce qu'il puisse prouver que l'embryon ou le foetus n'est pas une personne, les opposants à l'avortement encadrent souvent leurs objections en termes moral.

Les arguments classiques de la science s'effondrent, l'argument de dire "personne ne sait quand commence la vie" et "ce ne sont que des tissus différenciers" sont sur le déclin, en particulier dans le contexte de l'avortement chirurgical qui est de savoir comment la grande majorité des avortements sont effectués aujourd'hui, pourtant, l'établissement de la preuve des débuts de la vie humaine sera la force de l'argumentation en sciences.

Voici un bref aperçu de la preuve scientifique de l'existence de la vie humaine avant la naissance, ce sont des faits irréfutables dont il n'est pas contesté dans la communauté scientifique, au moment où un spermatozoïde humain pénètre dans un ovule humain, généralement dans la partie supérieure de la trompe de Fallope, une nouvelle entité vient d'apparaître, c'est la première cellule formée à la conception du développement de l'embryon humain, suivi par le morula et les étapes Blastocyst.

L'embryon est composé d'ADN et d'autres molécules humaines, le nouveau embryon humain a une composition génétique qui est absolument unique de lui-même, différent de tout autre humain, y compris celui de sa mère réfutant ainsi l'affirmation selon laquelle ce qui est impliqué dans l'avortement est simplement "une femme et son corps", cet embryonet comprend un message complet pour le développement de la vie, et même les attributs héréditaires qui apparaissent dans l'enfance et l'âge adulte, de cheveux et la couleur des yeux des traits de personnalité.

L'étymologie de l'avortement


Le mot avortement vient de la racine latine de aboriri (ab = au large de la marque, oriri = naître ou croître), jusqu'au 19ème siècle les fausses couches et les interruptions volontaires de grossesses ont été appelés avortements, les avortements ont été pratiqués pendant au moins 3500 années, comme en témoigne leur mention dans le Papyrus Ebers environ 1550 avant notre ère.

Les plantes abortives


Les herbes ont été utilisés par les femmes depuis le début des temps dans une tentative de contrôler leur fécondité, l'information a été transmise de mère en fille, les sages-femmes possédaient toutes ces connaissances pour interrompre la grossesse par une fausse couche (avortement).

Les herboristes conviennent généralement que l'infusion de tanaisie peut être utilisé en toute sécurité comme plante abortive, mais avec prudence, les doses et la durée ne doivent pas être dépassé, les femmes doivent toujours commancer par la dose la plus faible jusqu'à la posologie appropriée pour causer des effets abortifs, toujours procéder avec prudence, et au premier signe de toxicité réduire ou cesser de prendre l'herbe, le ginkgo a un impact positif sur la circulation.

La menthe pouliot est une plante abortive bien connu qui provoque les contractions de l'utérus, elle est très efficace et parfois combinés avec la caulophylle ou l'armoise, soit l'herbe fraîche ou séchée peut être utilisé, les herboristes pensent l'herbe fraîche peut être plus efficace, mais il n'y a pas suffisamment d'informations, le guarana aide à diminuer les niveaux du mauvais cholestérol et à perdre du poids.

L'angelica (Dong Quai) est un stimulant la possibilité de renforcer les contractions de l'utérus pour aider à encourager la fausse couche ou l'avortement, elle est le plus scientifiquement étudiée, utilisé historiquement par les herboristes pour aider à l'accouchement ou pour provoquer une fausse couche, la maca renforce le système immunitaire.

Le silphium a été utilisé par les femmes au cours du septième siècle pour la contraception, c'est une plante rare qui pousse dans les montagnes de la mer méditerranée, son utilisation pour le contrôle des naissances a été très efficace, les textes anciens ont enregistré son utilisation comme agent contraceptif, les femmes devraient boire le jus du silphium à des fins contraceptives et abortives pour détruire le contenu de l'utérus.




A lire :

La fertilité - L'infertilité masculine - Dossier ovulation - Dossier grossesse - La ménopause - La libido - Le rhumatisme - L'acné - Les acouphènes - L'allergie - L'amnésie - L'anévrisme - L'angine de poitrine - L'angine - L'anorexie - L'aphte - L'asthme - L'athérosclérose - L'autisme - L'avortement - Le bonheur - La boulimie - La bronchite - Les brûlures d'estomac - Le cancer - La carie dentaire - La cellulite inflammatoire - La cellulite peau d'orange - Le cerveau - La chimiothérapie - Le choléra - La circulation sanguine - Le clonage - La colique - Le collagène - Le coma - La contraception - La coqueluche - La crise cardiaque - La cystite - La dépression - La déshydratation - Le diabète - La distraction osseuse - La douleur - La dyslexie - La dyspnée - L'eczéma - L'élastine - L'embolie pulmonaire - Les émotions - L'endométriose - L'énurésie - L'épiderme - La fente labiale et la fente palatine - La fibromyalgie - La gingivite - Les globules blancs - Les globules rouges - La grippe - L'hernie discale - L'herpès - L'homéopathie - L'hypertension artérielle pulmonaire - L'hypertension artérielle - L'hyperthyroïdie - L'hypocondrie - L'implant cochléaire - L'implant dentaire - L'incontinence urinaire - Les infections nosocomiales - L'insomnie - Les types d'insulines injectables - Les jambes lourdes - Les jumeaux - La kinésithérapie - La leucémie - La liposuccion - Le mal de dos - La maladie coronarienne - Les maladies auto-immunes - Les maladies infectieuses - Le malaise vagal - La méningite - La migraine - Les muscles - L'obésité - L'oedème cérébral - L'oesophagite - L'ostéopathie - L'ostéoporose - L'otite - La pandémie - Perdre du poids - La périostite - La peste - La pharyngite - La plaque dentaire - La pneumonie - La prostate - La rhinite allergique - Le ronflement - La rougeole - La sarcoïdose - La sciatique - La sclérose en plaques - La sinusite - Le stress oxydatif - La syncope - La tendinite - La tension artérielle - Le tetanos - La thrombose - La tuberculose - La varicelle - Le vertige - Le vieillissement - Les calculs rénaux -




Continuer
mardi 12 décembre 2017
Copyright © 2009 Pur Bio. Tous droits réservés. Biomaca est une marque déposée.